Pathologies

Douleur Chronique

Dr. Ph. Rault / Copyright 2013 - 2021

Syndrome Douloureux
Régional Complexe (SDRC 1)



Définitions
1 - Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC, CRPS ou Complex Regional Pain Syndrome) de type 1 est un syndrome douloureux articulaire et péri-articulaire (ex algoneurodystrophie)
- dont la sévérité est indépendante du traumatisme initial,
- évoluant typiquement en une phase aiguë douloureuse puis secondaire dystrophique, avec enraidissements articulaires et rétractions tendineuses,
- sans signe biologique d’inflammation,
- nécessitant un traitement précoce, associant rééducation fonctionnelle et traitements médica-
menteux par voie générale et locorégionale.

2 - SDRC de type 2
Survient après une lésion nerveuse.

Étiologies
Traumatisme violent (fracture, luxation) ou minime (entorse, contusion),
Immobilisation,
Post-chirurgical : chirurgie du canal carpien, chirurgie du genou,
Affections neurologiques, centrales (hémiplégie vasculaire ou tumorale) ou périphériques (syndrome de Guillain-Barré, neuropathies...).
Au troisième trimestre de la grossesse, le plus souvent au niveau de la hanche, parfois
multi-focales (hanche et genou), et le plus souvent résolutives dans les semaines qui suivent l’accouchement.

Diagnostic
Critères de Budapest

Phase aiguë chaude
Dure de quelques semaines à plusieurs mois.
1 - Impotence douloureuse,
2 - Odème diffus prenant le godet,
3 - Modifications de la peau et des phanères (peau chaude, érythrosique, hypersudation, dépilation ou, plus rarement, hypertrichose),
4 - Tendance à l’enraidissement articulaire (gêne à la fermeture et à l’ouverture complète de la main et des doigts, griffe des orteils...).
Biologie normale
Radiologie standard peu contributive : raréfaction osseuse. hétérogène, irrégulière, micro-géodique ou mouchetée.
Imagerie par Résonance Magnétique
Temps T2, hyperhémie des parties molles et des structures osseuses.

Syndrome Douloureux
Régional Complexe (SDRC 1)


Scintigraphie
Une hyperfixation précoce ou aux 3 temps est évocatrice mais n'est pas spécifique
1 - Temps précoce, vasculaire : asymétrie de perfusion, avec augmentation du flux isotopique dans les parties molles de la zone algodystrophique,
2 - Temps vasculaire, une hyperfixation in situ ou loco-régionale
3 - Temps osseux : hyperfixation loco-régionale du traceur, avec une extension constante mais d’intensité variable au niveau du membre ou d’un segment de membre.

Phase secondaire, froide, atrophique
Régression de l’œdème, accentuation des troubles trophiques.
Les douleurs prennent un caractère neuropathique et peuvent être évaluées à l’aide du questionnaire DN4.
A la main, on décrit deux signes :
1 - Atrophie des téguments et des tissus sous-cutanés, associant une peau pâle, lisse et amincie et une dépilation,
2 - Griffe en demi-flexion irréductible des doigts et en flexion palmaire du poignet. Progressivement, la préhension devient impossible et la main perd sa fonctionnalité.
L’épaule est limitée dans toutes les amplitudes de circumduction, par rétraction capsulaire.

Traitement
Similitudes avec le traitement des Douleurs Neuropathiques
J. Baglione et coll ont présentés un programme d’éducation thérapeutique, associant Neurostimulation Transcutanée (TENS) et Auto-Rééducation par Thérapie en Miroir chez des patients (26) présentant un SDRC-1 de cheville. Après 6 mois de prise en charge, 20 patients avaient atteint les objectifs fixés. 69% des patients (n=18) retrouvaient un appui monopodal supportant 100% du poids du corps avec une amélioration de la locomotion.
- Antalgique de palier 2 ou 3
- Molécule antineuropathique type Lyrica®
- Compresses de Versatis®
- Blocs antalgiques
- Bains écossais
- Kinésithérapie infradouloureuse
- Anesthésie Loco-Régionale
- Intérêt de la kétamine?
- Stimulation médullaire
- rTMS

Diagnostics différentiels
- Pathologies rhumatologiques
- Séquelle d'entorse, fracture de fatigue
- Scinti qui fixe : goutte, rhumatisme psoriasique
- Néoplasie, syndrome paranéoplasique