Pathologies

Douleur Chronique

Dr. Ph. Rault / Copyright 2013 - 2021

Douleurs Myofasciales


Docteur Ph. Rault


Définitions
1 - Le syndrome de douleur myofasciale (SDM) est une douleur musculosquelettique se caractérisant par une douleur locale et référée perçue comme étant profonde et constante, et par la présence de points de déclenchement myofasciaux dans n’importe quelle muscle du corps .
2 - La douleur référée est une douleur ressentie à un endroit différent de la localisation de la dysfonction.

Épidémiologie
Différentes études ont démontré que les points de déclenchement myofasciaux sont associés à plusieurs pathologies, dont les céphalées de tension, le trouble de l'articulation temporomandibulaire, les cervicalgies, le syndrome du canal carpien, la lombalgie, la douleur pelvienne. En fait toute pathologie peut être à l'origine de tensions musculaires, qui vont pouvoir générer des contractures puis des Points Gâchette myofasciaux (PG) ou Trigger Points (TrP). Ces structures peuvent ensuite évoluer pour elles-même rendant le diagnostic complexe à établir.

Douleur référée du syndrome myofascial
- Douleur sourde, mal localisée et profonde,
- Paresthésies, de picotements, de  brûlures,
- Unilatérale, du même côté que le point trigger myofascial mais parfois bilatérale
- Eloignée pour les muscles sterno-cléido- mastoïdien, trapèze, scalènes, dentelé supéro-postérieur et petit fessier
- Proche pour les muscles masséter, temporal et carré des lombes
- Autour du point trigger myofascial pour les muscles rhomboïdes, deltoïde et pectiné
- Sur les membres, elle a plutôt tendance à se projeter de manière distale (85%)
- Souvent référée vers une articulation mobilisée par le muscle qui contient le point trigger
- Plus le point trigger myofascial est activé, plus la surface de la zone de douleur référée est grande
- La zone de douleur référée est souvent sensible ou douloureuse, elle peut représenter des points trigger myofasciaux satellites et des phénomènes neurovégétatifs par exemple des adhérences tissulaires, une sudation, une pilomotricité activée.

Diagnostics différentiels
Douleur projetée : douleur attribuée "par erreur" au métamère cutané lors de l’analyse corticale. L’origine réelle est viscérale, articulaire ou musculaire.
Les douleurs référées des Syndromes Myofasciaux ressemblent parfois à s'y méprendre à des douleurs radiculaires. Ainsi, des TrP du muscle InfraEpineux peuvent mimer une Névralgie CervicoBrachiale et des TrP du petit fessier peuvent mimer une sciatalgie.
Dans le même ordre d'idée, une céphalée d'allure migraineuse peut avoir comme origine des TrP du trapèze.
Ainsi, il faut savoir examiner un patient à la recherche de ces Points Gâchette dont le traitement est en priorité physique avant d'être "chimique".
Chaque muscle du corps a sa signature spécifique.

Douleurs Myofasciales


Physiopathologie
- Augmentation significative de la raideur dans le cordon musculaire tendu,
- Des taux plus élevés de neuropeptides (substance P), catécholamines (noradrénaline) et cytokines pro-inflammatoires ont été retrouvés dans les points de déclenchement actifs.
- Électrophysiologie : certaines études ont trouvé une activité électrique spontanée, attribuée à une augmentation des potentiels miniatures de la plaque motrice et une libération d’acétylcholine excessive aux points de déclenchement myofasciaux.

Critères de diagnostic IASP
Critères de diagnostic minimaux
- Présence d’un cordon musculaire tendu dans un muscle squelettique
- Présence d’un point hypersensible dans le cordon musculaire tendu
- Reproduction d’une sensation de douleur référée avec stimulation du point. Cependant en clinique quotidienne, cet élément de diagnostic peut faire défaut.

Critères de confirmation
- Présence d’une réponse contractile locale avec palpation claquante du cordon musculaire tendu
- Présence d’un signe de saut
- Reconnaissance par le patient de la douleur provoquée
- Modèles de douleur référée prévus
- Faiblesse ou raideur musculaire
- Douleur à l’étirement ou à la contraction du muscle touché.

Traitements
- Massages, compression ischémique, étirements
- Acupuncture des points de déclenchement
- Dry Needling
- Laser pour le soulagement de la douleur.
- Stimulation antalgique transcutanée (TENS)
- Activité Physique (ce n'est pas du "sport").