Pathologies

Douleur Chronique

Dr. Ph. Rault / Copyright 2013 - 2021


Lombalgies Chroniques

Traitement de la douleur
- Limiter la iatrogénie (Benzodiazépines, somnifères, morphiniques palier III)
- Antalgiques de niveau I ou II, (antalgiques de niveau III non indiqués sauf exception)
- Myorelaxants, balnéothérapie, simulation électrique transcutanée (TENS), acupuncture.
-
Infiltrations articulaires de corticoïdes, manipulations
- Antidépresseurs tricycliques
- Pratiquement pas d'indication de la chirurgie. 
- Restauration de la fonction +++

A distance d'un épisode aigu
Exercice physique fortement recommandé précocément soit seul, soit avec un kinésithérapeute, soit dans  un programme pluridisciplinaire, en Centre de Rééducation.


Accompagnement psychologique
Evaluation du retentissement social et familial.

Traitement d'une anxiété et ou d'une dépression, de troubles du sommeil.Thérapies comportementales bénéfiques sur l'intensité de la douleur, l'apprentissage du contrôle de la douleur.

Réinsertion professionnelle
Avec le médecin du travail.
Reprise du travail adaptée et précoce
- mi-temps thérapeutique,
- adaptation du poste,

- reconversion professionnelle.


Lombalgies aiguës   


Définition
La lombalgie est une douleur de la région lombaire n'irradiant pas au-delà du pli fessier.
La lombosciatique est une douleur lombaire avec une irradiation douloureuse distale dans le membre inférieur de topographie radiculaire L5 ou S1.

Evaluation
1 - Lombalgies et lombosciatiques symptomatiques
- Fracture : une notion de traumatisme, une prise de corticoïdes, un âge supérieur à 70 ans.
- Néoplasie : âge > 50 ans, perte de poids inexpliquée, antécédent tumoral ou un échec du traitement symptomatique. Réaliser numération formule sanguine (NFS) et la vitesse de sédimentation (VS).
- Infection : fièvre, douleur à recrudescence nocturne, contexte d'immunosuppression, infection urinaire, prise de drogue IV, prise prolongée de corticoïdes. Réaliser NFS, VS, dosage de la protéïne C réactive (CRP).   

2 - Urgences diagnostiques et thérapeutiques
- Sciatique hyperalgique : douleur et résistante aux antalgiques majeurs (opiacés).
- Sciatique paralysante : déficit moteur et/ou progression d'un déficit moteur.
- Sciatique avec syndrome de la queue de cheval : signes sphinctériens et surtout incontinence ou rétention, hypoesthésie périnéale ou des organes génitaux externes.   

3 - En dehors de ces cadres il n'y a habituellement pas lieu de demander d'examens d'imagerie dans les 7 premières semaines d'évolution.
L'absence d'évolution favorable fait raccourcir ce délai.   

Imagerie, examens complémentaires
IRM ou à défaut un scanner ne doivent être prescrits que dans le bilan précédant la réalisation d'un traitement chirurgical ou par nucléolyse de la hernie discale. Ce traitement n'est envisagé qu'après un délai d'évolution d'au moins 4 à 8 semaines. Il n'y a pas de place pour les examens électrophysiologiques à la phase aiguë.   

Traitements
Poursuite des activités ordinaires compatibles
Traitements médicaux antalgiques
Manipulations rachidiennes : intérêt à court terme dans la lombalgie aiguë mais pas d'indication pour les lombosciatiques aiguës.
Kinésithérapie antalgique.
Infiltrations épidurales, pas d'argument pour une infiltration intradurale, ni articulaire postérieure.